Investir dans le chauffage sans se ruiner : PAC air-eau ou PAC géothermique ?

Procéder à une étude comparative entre les pompes à chaleur air-eau et géothermique est indispensable pour éviter de se ruiner lors du choix pour une solution de chauffage. Avoir à disposition un appareil à la fois performant et économique s’impose pour voir réduire la facture d’électricité. Quel appareil pompage de chaleur répond le plus à ces conditions ? Voici un comparatif entre la PAC air-eau et la PAC fonctionnant par le système de géothermie.

Des principes de fonctionnement très différents

L’exploitation de la ressource naturelle constitue le point commun entre les pompes à chaleur air-eau et géothermique. Sur ce point, le côté écologique se voit bien respecté, car l’État français encourage d’ailleurs les citoyens à se tourner vers l’utilisation de l’énergie renouvelable. La différence se trouve dans le mécanisme de chacun de ces deux appareils.

  • Pour la PAC air-eau

L’extraction de calories par le pompage d’air extérieur permet à une PAC fonctionnant en air-eau de produire de la chaleur pour réchauffer un espace intérieur. Il s’agit d’un dispositif équipé d’un condenseur destiné pour l’injection de chaleur dans un circuit de chauffage. Ce type de pompe à chaleur existe en modèles conçus respectivement pour produire de l’eau de l’eau chaude, et pour chauffer le plancher.

  • Pour la PAC géothermique

L’émission de chaleur pour obtenir une température ambiante au sein d’une habitation s’effectue par la récupération de calories du sol chez une PAC géothermique. Le cycle met en action des capteurs enterrés à quelques mètres de la terre. Les étapes de transfert se répartissent alors en prélèvement de calories par pompage, une transformation de celles-ci en chaleur, puis la diffusion de cette dernière via des émetteurs installés dans la maison.

Des paramètres d’installation plus facile pour l’une que pour l’autre

Une PAC air-eau est plus facile à installer par rapport à une PAC géothermique. Si la machine doit être implantée dans un jardin, un balcon ou une cour, il faudra avoir à disposition un circuit de chauffage central. L’essentiel est d’opter pour un modèle qui répond aux critères de fonctionnement de PAC air-eau basse température ou haute température.

Une PAC fonctionnant par système de géothermie nécessite d’importants travaux. L’installation inclut un forage de plusieurs mètres en dessous du sol pour la pose des capteurs. Cela peut s’effectuer de manière horizontale ou verticale. Aussi la superficie de la zone creusée doit faire presque deux fois celle du bâtiment. La démarche requiert une demande auprès de la mairie de la ville concernée.

Des coûts d’installation élevés pour l’une par rapport à l’autre

L’installation d’une pompe à chaleur géothermique est plus complexe si l’on observe celle du type air-eau. Plus la mise en œuvre nécessite un forage plus profond, plus le coût augmente. Les sondes et les capteurs sont en effet à enterrer à environ 10 mètres en dessous du sol, mais les travaux peuvent s’effectuer jusqu’à 80 mètres.

Plus facile à réaliser, la pose d’une pompe à chaleur air-eau n’impose pas de travaux complexes. L’installation peut se faire à l’occasion d’une décision de remplacement de chaudière, ou lors d’une rénovation de l’habitation en question. Aussi, les dépenses à l’achat d’une PAC air-eau sont allégées grâce au crédit d’impôt de 30 % accordé par l’État.